« Faire famille » au Fenua : modernisation et transformation des pratiques et des imaginaires familiaux contemporains en Polynésie française »

« On est famille » est l’expression fréquemment utilisée par les Polynésiens et Polynésiennes pour signifier qu’un lien de parenté les relie à une personne. Ce lien de parenté peut être lointain ou plus proche, biologique ou adoptif, actualisé ou potentiel quand il s’agit d’évoquer une relation éloignée avec un parent que l’on n’a encore jamais rencontré. Bien que la figure de « la famille » soit souvent mobilisée dans les discours politiques, médiatiques et populaires sur le territoire comme cadre explicatif à des spécificités supposées de la société polynésienne, la réalité des représentations, des pratiques et des structures sociales englobée par le terme « famille » est encore mal connue.

Cette recherche vise à produire une sociologie actualisée de la famille en Polynésie française et s'appuie sur une enquête qualitative au long cours auprès de familles vivant dans un quartier de l'agglomération urbaine. Elle permet de recueillir les représentations contemporaines relatives à la parenté et à ses normes et d'expliquer les configurations familiales en lien avec  les spécificités du territoire (logement, mobilité, solidarités familiales). 

Ce projet est porté par Louise Protar, post-doctorante ayant soutenue une thèse en sociologique en 2020, intitulée "Produire le genre, fabriquer la parenté : ethnographie du travail domestique et horticole à Kiriwina" sous la direction de Tania Angeloff (Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne).