• En octobre 2018, une convention a été signée avec le Président de la Polynésie française pour le lancement du programme « Histoire et mémoire des essais nucléaires en Polynésie française » (2018-2020) dirigé par R. MELTZ (Université de Haute Alsace/CRESAT). Certaines lenteurs pour accéder aux archives, accentuées par la crise sanitaire qui a sévi en Métropole, ont fait prendre du retard au projet. Aussi, le 26 août 2020 un avenant à la convention initiale a été signé pour la prolonger de 9 mois, soit jusqu'en septembre 2021, tout en amplifiant ses objectifs. Ainsi, outre l’ouvrage de synthèse qui sera achevé en 2021, il est à présent prévu d’organiser, avec le soutien financier de la MSH-P, un colloque à Tahiti et un autre à Paris.

Ce programme consiste d’une part à écrire une histoire politique des essais nucléaires à l’aide de nouvelles archives et, d’autre part, à recueillir sous forme d’enregistrements les témoignages des acteurs du CEP au sens large (vétérans polynésiens et métropolitains, hommes politiques, habitants concernés en raison de leur fonction ou de leur lieu de résidence). Le premier axe rassemble une quinzaine de spécialistes, et le second bénéficie d’un post-doctorant basé à Tahiti, Alexis VRIGNON.

  • En appui à ce programme, un séminaire international : « Pour une histoire transnationale des installations et des essais nucléaires » est depuis 2019 organisé à Paris (et en visio-conférence avec le Polynésie) sous la direction de R. MELTZ. Un nouveau cycle de séminaires ouvert au public organisé par le CRÉSAT, la MSH-P et l’INALCO se déroulera à l'INALCO entre Novembre 2020 et Juin 2021.

Prolongeant et complétant les interventions de l’année précédente, les 7 séances programmées pour 2020-2021 présenteront les travaux de chercheurs français et étrangers travaillant sur des installations et les programmes d’essais des puissances nucléaires, mais aussi le CEP lui-même. Le séminaire sera l’occasion de faire connaître différentes approches de la fabrique de la dissuasion par le bas, en proposant une histoire fine des lieux, des places et des populations qui ont permis la construction des arsenaux atomiques, et d’ouvrir la recherche française aux travaux déjà menés en ce sens depuis une quinzaine d’années.