La séance se tiendra le mardi 23 février de 17h30-19h00 en salle B01 de l'ESPE, (un peu au-dessus du campus de l'UPF, https://goo.gl/maps/RjTn97kYq2KkGk8F7).

Organisation /contacts : Loïs Bastide (UPF, EASTCO/IRS Université de Genève) : lois.bastide@upf.pf ; Alice Simon (UPF, MSH-P) : alice.simon@upf.pf

 

Résumé :

Dans le cadre du programme de recherche LinkEast, « Diversification and linkages among East Polynesian languages », engagé avec le soutien de la MSH-P et destiné à comparer le lexique des langues polynésiennes de l’est pour affiner leur filiation, cette présentation vise à caractériser la position du communalecte de Fakahina dans l’ensemble dialectal pa’umotu. L’atoll de Fakahina (161 habitants, RGP ISPF 2017) est situé dans la partie centre-nord de l’archipel des Tuamotu à environ 950 km de Tahiti, en Polynésie française. Franck Stimson déclare avoir passé un seul jour sur place lors de ses missions conduites de 1929 à 1938 (Stimson & Marshall, 1964) et Fakahina ne faisait pas partie des neufs points des Tuamotu enquêtés par Jean-Michel Charpentier entre 2004 et 2010 pour l’Atlas linguistique de la Polynésie française (Charpentier & François, 2015). Une enquête linguistique de terrain, réalisée en avril 2019, a permis de documenter la variété dialectale pa’umotu qui y est parlée. Un lexique de 1903 mots a pu être recueilli auprès de cinq principaux informateurs. Ce lexique fakahina a été versé dans la base LinkEast. On trouve par ailleurs dans cette base 2 222 entrées sémantiques trilingues (anglais – français – tahitien) extraites du fichier source de l’Atlas linguistique de la Polynésie française (Charpentier et François, 2015 ; François, 2016), couvrant des champs diversifiés : corps humain et fonctions  naturelles ; vie, santé, soins du corps ; individu et société ; culture matérielle ; environnement (milieu naturel, zoologie, botanique). À ces entrées sémantiques correspondent des équivalents de traduction contemporains dans vingt points d’enquête de la Polynésie française, dont dix points pour l’ensemble dialectal pa’umotu. La base agrège également 4 416 étymons moissonnés dans le Polynesian lexicon online (POLLEX) (Greenhill & Clark, 2011), hébergé par le Max Planck Institut. Toutes ces données permettent d’identifier, d’une part, pour un point d’enquête donné, les innovations lexicales qui ne sont pas le reflet de protoformes connues, d’autre part, le nombre d’innovations partagées entre deux points d’enquête. Grâce à ces informations agrégées, il est possible d’analyser à nouveau frais les proximités réciproques entre les différents communalectes des Tuamotu. Cette analyse est réalisée avec les outils méthodologiques de la glottométrie historique développée par Alexandre François (2014, 2017). Les premiers résultats obtenus révèlent des proximités plus étroites entre Fakahina et ‘Amanu et Makemo, qui contredisent la carte « classique » des aires dialectales de Franck Stimson (Stimson & Marshall, 1964).  

 

 Jacques Vernaudon

Jacques Vernaudon est né à Tahiti en 1973. Il débute sa carrière d’enseignant-chercheur en 2001 comme ATER, puis comme maître de conférences à l’université de la Nouvelle-Calédonie où il participe à la promotion de l’enseignement des langues kanak à l’université et dans le système éducatif calédonien. Depuis 2013, il a rejoint l’université de la Polynésie française et poursuit ses travaux qui s’articulent autour de deux axes complémentaires, l’un centré sur la description métalinguistique de langues océaniennes, désormais plus particulièrement les langues polynésiennes, l’autre sur la transmission de ces langues en contexte plurilingue. Depuis 2016, il pilote deux projets de bases numériques. L’un, intitulé « Ana'ite - Bibliothèque scientifique numérique polynésienne » (http://anaite.upf.pf/) vise à constituer un corpus archivistique de documents écrits et iconographiques concernant la Polynésie française. L’autre, « Anareo - Corpus lexical des langues polynésiennes », rassemble progressivement en une seule base accessible en ligne les données lexicales disponibles à ce jour sur les langues autochtones de Polynésie française.